En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookie.
J'accepte.En savoir plus, paramétrer et ou s'opposer à ces cookies.

Droit des technologies & systèmes d’information

L'édito
White hats
Etre alerté le plus tôt possible des failles informatiques de son système d’information représente aujourd’hui un besoin majeur pour les organisations publiques comme privées. Certaines recourent au bug bounty (voir interview de Fabrice Appelboin, n° 409, p. 10), qui consiste à s’adresser à des hackers (white hats ou chapeaux blancs) en les rémunérant en fonction des problèmes découverts. Les sociétés qui proposent ces services sont en général étrangères, mais des projets français tentent d’émerger malgré les incertitudes juridiques tenant aux infractions pénales de fraude informatique. De même, est-il risqué pour une personne de prendre l’initiative de révéler des failles de sécurité qu’elle aura découvertes. Les affaires Kitetoa ou Zataz en sont des exemples. Les parlementaires de droite comme de gauche (du (...) 
L'invité du mois
Paul-Olivier Guibert, DPO : un métier d’avenir
Le règlement européen sur la protection des données impose une vraie révolution de fonctionnement aux organisations en supprimant d’un côté les déclarations, mais en leur imposant de l’autre une responsabilisation quant aux données qu’elles traitent, par l’application des principes de conformité à la législation et d’accountability. Pour Paul-Olivier Guibert, président de l’AFCDP (Association française des correspondants à la protection des données personnelles), le processus de conformité n’est pas si compliqué. Il nous explique en quoi cela consiste. Il évoque également la fonction de correspondant à la protection des données et celle du futur délégué prévu par le règlement, (dit DPO) et des différences CIL et DPO.  
L'article à la une
Données personnelles : un enjeu majeur pour Microsoft
L’annonce du rachat de LinkedIn par Microsoft a fait l’effet d’une bombe. La question de la protection de leurs données personnelles est cœur des craintes des utilisateurs du plus grand réseau social professionnel de la planète. Certains ont même résilié leur compte. Mais ils sont rares tant LinkedIn rend des services inestimables, tout en détenant d’innombrables informations sur ses 433 millions de membres : leur CV, leur adresse email fiable, leur réseau de contacts, mais aussi leur lieu de travail, leurs expériences passées, leur supérieur hiérarchique, leurs collègues, les universités où ils ont (...)